digiboy

Technologie, musique, graphisme, lifestyle, videogames, films, mode …
Abonnez vous à mon flux Rss

Les rats et le navire

Depuis quelques temps, j’ai une certaine affection pour Hollande. C’est devenu tellement commun de l’enfoncer. Problème de vision, d’entourage, il hérite d’une situation compliquée. Et son inaction n’aide en rien. Mais maintenant que nous sommes débarrassé des gesticulateurs inutiles, j’espère vraiment que notre gouvernement va s’appliquer à faire bouger le mammouth et le rendre un peu plus agile, moins engraissé dans ses certitudes d’un autre âge, moins encaké – j’adore cette expression. 
Le sang neuf apporté et surtout l’adéquation du poste et du profil – un banquier à l’économie, simple bon sens ? – marque sans doute une accélération dans le virage politique amorcé il y a peu. N’en déplaise aux grincheux, j’ai l’impression que la direction est dictée par un simple constat, sans dogme et idéologie, juste animé par l’acceptation d’un état de fait. 
J’aborde septembre avec un peu plus d’espoir coté culture. Même si, pour le coup, le poste et le profil ne sont vraiment raccord, j’admire la personnalité de la nouvelle ministre. J’ai aussi l’impression qu’elle vit en 2014, avec une mentalité de 2014.
Il ne reste plus qu’à éviter Ebola, la future guerre contre la Russie, les cinglés de l’EI, le Proche Orient et les Chtis dans la Jet Set et nous devrions connaître un futur brillant.

email

Laisser une réponse