digiboy

Technologie, musique, graphisme, lifestyle, videogames, films, mode …
Abonnez vous à mon flux Rss

Rayman Origins

Vous avez raison de vous en moquer, mais j’ai du mal avec les FPS. Si, en plus, vous plantez le décor du jeu dans un pays en guerre, je risque fort d’avoir envie de me faire relooker par le styliste de François Hollande pour en finir avec l’espoir de connaître une vie meilleure. J’ai bien essayé pourtant (pas Hollande, les FPS) ! Prenez Dead Space par exemple. Cela n’a pas duré très longtemps : Dès qu’un monstre eut décidé de me vomir en pleine bouche, je quittai le jeu. Gros porc ! Battlefield ensuite. Superbe, techniquement irréprochable, mais jouer au journal télévisé de TF1: Bof ! Pour moi, un jeu vidéo doit m’extirper de la réalité, envoyer mon esprit pollué dans des univers différents et surtout, éviter de rajouter une couche d’angoisse au mille-feuille déjà en place. Bref, je n’aime pas jouer à me faire peur.

Michel Ancel (le Miyamoto français, ouais) revient sur le devant de la scène avec son dernier né : Rayman Origins. Disponible en démo sur les stores virtuels, je me suis empressé de le tester. 3 Niveaux sont disponibles et c’est un sans faute. Le meilleur jeu de plates forme de l’année. En haut de la shopping list. L’animation, les personnages, le gameplay ou la musique – celle du niveau Boss à Dent est simplement une des plus mimi et drôle que j’ai entendu dans un jeu vidéo – tout titille de près la perfection.

Plus d’informations sur Rayman Origins

 

email

Laisser une réponse