digiboy

Technologie, musique, graphisme, lifestyle, videogames, films, mode …
Abonnez vous à mon flux Rss

Les films de mon week end

Lorsque le temps fait la gueule comme cette fin de semaine , je n’en fais pas un motif de suicide et j’en ai profité pour m’enfermer dans les salles obscures pour voir deux films américains prometteurs. Un pour son réalisateur (Burton), l’autre pour les acteurs et une bande annonce amusante. Ai-je bien fait?

Les Chèvres du Pentagone : Bob Wilton, un journaliste désespéré fait l’heureuse rencontre de Lyn Cassady, un soldat aux pouvoirs paranormaux combattant le terrorisme. Ils se rendent ensemble en Irak ou ils rencontrent Bill Django, le fondateur de l’unité, et Larry Hooper, soldat de l’unité qui dirige une prison. (source : Allociné)

Verdict : Bizarre, pourrait être le mot clé associé à ce film. Ce film m’a rappelé Las Vegas Parano que je n’avais pas aimé du tout. Peut-être (sans doute) que de l’avoir vu en français enlève tout l’intérêt aux dialogues, mais j’avoue ne pas avoir compris grand chose à l’humour omniprésent du film. Je referais une tentative en VO parce que je ne peux pas, je ne veux pas croire au total désastre que m’a inspiré cette projection avec une si belle brochette d’acteurs. A revoir dans de meilleures conditions.

Alice au Pays des Merveilles : Alice, désormais âgée de 19 ans, retourne dans le monde fantastique qu’elle a découvert quand elle était enfant. Elle y retrouve ses amis le Lapin Blanc, Bonnet Blanc et Blanc Bonnet, le Loir, la Chenille, le Chat du Cheshire et, bien entendu, le Chapelier Fou. Alice s’embarque alors dans une aventure extraordinaire où elle accomplira son destin : mettre fin au règne de terreur de la Reine Rouge. (source : Allociné)

Verdict : Plutôt déçu dans l’ensemble à cause d’un rythme un peu décousu, et d’une adaptation fade et trop heroic fantasy. De plus, il s’agit du premier film en 3D que je vois, et je suis peu convaincu de l’intérêt de la technologie sur la plupart des films (j’aurais aimé voir Avatar pour me faire un meilleure idée). Souvent, j’ai trouvé l’emploi de la profondeur mal utilisée avec des images de premier plan baveuses et peu nettes. J’ai l’impression que la 3D est à réserver aux films de synthèse pure. A vérifier. Reste des acteurs magiques comme Helena Bonham Carter dans le rôle génial de la Reine Rouge ou Matt Lucas dans les rôles de Tweedledee et Tweedledum. En gros, bien, mais pas top.

email

Laisser une réponse