digiboy

Technologie, musique, graphisme, lifestyle, videogames, films, mode …
Abonnez vous à mon flux Rss

J’ai vu // La guerre selon Charlie Wilson

Au début des années 80, le délégué du Deuxième District du Texas Charlie Wilson était surtout connu à Washington comme un noceur et un bon vivant accumulant conquêtes et scandales. Mais sa personnalité flamboyante dissimulait un sens politique aigu, une solide connaissance de la scène internationale, un patriotisme à toute épreuve et un attachement viscéral aux causes qu’on dit perdues. L’Afghanistan serait son plus beau combat…
Charlie avait parmi ses relations la richissime Joanne Herring, anticommuniste fervente qui visait rien moins que la chute de l’empire soviétique. Trouvant trop timide la réaction américaine à l’invasion de l’Afghanistan, elle persuada Wilson de la nécessité de porter secours aux Moudjahidin. Charlie enrôla pour cette mission l’agent de la CIA Gust Avrakotos, un battant d’origine modeste snobé par la hiérarchie et qui brûlait d’en découdre avec les Russes.
Usant de charme et de diplomatie, Charlie, Joanne et Gust réussirent à nouer la plus improbable des alliances secrètes entre le Pakistan, Israël et l’Égypte, et à motiver la commission de la Défense pour allouer les fonds nécessaires et faire parvenir aux Combattants de la Liberté les armes qui leur permettraient de lutter contre l’envahisseur… (source : allociné)

J’ai adoré ce film. Il met en lumière les dessous administratifs de la guerre qui opposa la Russie et l’Afghanistan dans les années 80. Film politique, il dénonce les manigances dépourvues de vision à long terme et montre que l’effet papillon de certaines décisions peut être désastreux.

Julia Roberts est hallucinante et complètement décalé, sa coupe de cheveux à la Sylvia Fine mérite déjà un oscar. Tom Hanks, dans le rôle de Charlie Wilson, est juste parfait en politicien très porté sur les femmes à fortes poitrine et l’alcool. Mais c’est surtout Philip Seymour Hoffman qui est hallucinant. Et drôle. Parce que le film, bien que traitant d’un sujet gravissime reste léger et extrêmement drôle. Une des meilleures scènes du film se passe dans le bureau de Charlie Wilson avec un va-et-vient entre ses charmantes (ses secrétaires) et Guts (joué par PSH). Culte.

Ce film donne une saveur différente aux événements mondiaux actuels. Les guerres n’arrivent jamais par hasard et sont toujours le fruit de tractations. La diplomatie joue un rôle primordiale dans le règlement ou le déclenchement des crises et La Guerre selon Charlie Wilson démontre que des convictions et des manipulations peuvent causer bien des problèmes.

email

3 commentaires

  1. Moi aussi, j’ai aimé ce film. Un peu pour les mêmes raisons tout en gardant à l’esprit la version romancée du scénar…
    Le personnage trouble était servi par le talent de Tom Hanks.

  2. Fabulius dit :

    Personnellement, je suis bien d’avis de cette critique de La guerre selon Charlie Wilson. Ce film ne m’a pas tenu en haleine… trop romancé à mon goût.

  3. digiboy dit :

    Fabulius > J’ai bien aimé justement le coté romancé du film.

Laisser une réponse