digiboy

Technologie, musique, graphisme, lifestyle, videogames, films, mode …
Abonnez vous à mon flux Rss

La grève et la propagande

Voilà la Une de deux journaux plutôt opposés, le Figaro et l’Humanité, au sujet de la grève du 18 octobre 2007. Bien conscient du problème des sondages, des questions posées et de leurs interprétations, je trouve qu’on se situe davantage dans la propagande à ce niveau. Mais bon, on se motive comme on peut et on regarde seulement ce qu’on veut bien voir, non?

humanite figaro greve

Personnellement, je suis contre cette grève, les syndicats font preuve d’une mauvaise foi consternante. Comme le dit Lomig dans son billet, avec ou sans dialogue, l’issue est la même. La France ne se réforme pas, elle fait la révolution. Réservez vos pavés !

email

14 commentaires

  1. Baptiste dit :

    La mode anti-syndicale, moi j’aime bien. Et en plus ça me donne une idée de billet !

    Un jour ou l’autre il faudra arrêter de croire que tout ceux qui ne sont pas d’accord avec certaines méthodes sont anti progressistes et ne pensent qu’à leur intérêts. Ce n’est pas parce qu’on dit non a quelque chose qui est censé faire évoluer les choses qu’on s’oppose a l’avancée en elle même, sauf qu’il est absolument inutile d’y aller avec des bases déjà pourries. J’dis ça, j’dis rien.

  2. digiboy dit :

    Justement, je pense que les syndicats sont anti-progressistes. Aucuns des dirigeants de syndicats que j’ai entendu n’a reussi a proposer une façon de faire. Ou même une solution alternative. S’il y a une mode anti-syndicale alors, oui, j’en suis :)

  3. Oli dit :

    ça c’est le problème du 50/50, puis je placerais surtout le « truc » sur le plan de la manipulation, En revanche, je te rejoins (encore) sur la mauvaise foi des partenaires sociaux. Y’a toujours cette minorité que j’appelle les « anti-tout »… Contre le travail, contre l’argent, contre les réformes, … bref ceux qui sont les “anti-bouger”, ceux qui sont toujours dans la rue, toujours contre; Cela même, qui depuis 60 ans bloquent tout, cela même qui sont hermétiques à toute forme de réforme. Le monde change à toute allure, les idées également.
    Les syndicats sont des “mou du gland” au pays des Bisounours.

  4. jmj arras dit :

    C’est une révolution de principe, une sorte de baroud d’honneur car c’est déjà plié et les organisations syndicales le savent très bien mais font semblant de jouer le jeu pour le petit nombre d’adhérents qu’elles comptent encore dans leurs fichiers mais la capacité de nuisance de ces organisations étant inversement proportionnelle à leur représentativité, une nouvelle prise d’otages aura donc lieu et ce soir, difficile de ne pas penser à tous ceux et à toutes celles qui, obligés de se rendre au travail delmain connaîtront une énième journée de galère dans les transports….

  5. lomig dit :

    salut Digiboy !
    merci pour le lien vers mon article, et content de repasser ici !
    d’après ce que j’ai compris, le sondage du Figaro posait la question « soutenez-vous le mouvement de grêve ? » et l’Humanité posait la question « Avez-vous de la sympathie pour les grêvistes ? », ou quelque chose dans ce style (j’ai entendu ça à la radio, il faudrait vérifier). Donc, oui on peut dire que la une de l’Humanité est proche de la propagande. Mais ce n’est pas une nouveauté !
    à bientôt !

  6. redanka dit :

    “Une grève qui ne fait chier personne ne sert à rien”

    Cet adage qui me sert de titre, certe provocateur, n’est pas dénué de vérité. Avouons que si les grévistes ne génaient personne, ils n’auraient aucune chance que leurs revendications soient écoutées par le gouvernement. Le brassard “en grève” à la Japonaise, je n’y crois pas!

    Le parti socialiste a officiellement apporté son soutient aux syndicats à l’origine du mouvement de grèves de demain dans les transports et les entreprises de services publics. En effet, la manière de cette réforme est loin d’être un modèle de dialogue social. Depuis le début, le gouvernement annonce que sa réforme est prête, laissant aux syndicats un rôle de figurant, leur fermant la porte des négociations. Le dialogue social, dans une démocratie, ce n’est pas réunir les syndicats et les obliger à entériner des décisions prises par d’autres, mais d’aboutir par la négociation à un compromis acceptable par tous. Le gouvernement joue la provocation. Pourtant, pour que cette réforme soit faite, il est nécessaire qu’elle soit soutenue par une majorité des salariés concernés, ce qui pour l’instant est loin d’être le cas. Comment en effet pourraient ils accepter que leur retraire future soit amputée de plusieurs centaines d’euros tous les mois ? Soyons honnêtes, si vous étiez confrontés à la même situation, ne seriez vous pas, vous aussi, pas d’accord ?

    Comme beaucoup de monde aujourd’hui, je serai fortement géné demain pour aller travailler. Mais franchement, dans la somme des misères que recontrent les Hommes sur Terre, y’a plus grave. »

    http://www.jeunes-paris15.fr/2007/10/18/une-greve-qui-ne-fait-chier-personne-ne-sert-a-rien/

  7. redanka dit :

    http://www.election-politique.com/forumepcom/viewtopic.php?p=12930&sid=311ca891b3055ecd0c56b39e372873af
    http://omegalpha.over-blog.com/article-3042415.html

    « Le Figaro du jour poursuit son œuvre d’endoctrinement actif pour le compte de l’Empire en usant de tous les artifices du « journalisme ». Après avoir justifié l’horreur de Guantanamo, inventé des bombes nucléaires iraniennes prêtes à l’emploi, le journal du marchand de canons publie un long article du philosophe André Glucksmann qui utilise habilement l’actualité récente pour soutenir l’effort de guerre de Bush et compagnie (pétrolière). L’argumentaire est habile, l’emballage est avenant mais le contenu n’est rien d’autre que de la sournoise propagande. Analysons le propos qui mérite d’être décortiqué… »

  8. lomig dit :

    salut redanka,
    juste une petite question. On est d’accord pour dire que la grêve vise à faire chier. Mais qui ? la grêve vise à entrer en conflit pour rétablir le rapport de forces avec son employeur. L’employeur des bénéficiaires des régimes spéciaux, c’est l’Etat. Il suffit de ne pas faire payer les billets dans les trains pour faire chier l’Etat, et la RATP et la SNCF sans pénaliser les voyageurs.
    cela montre bien que le but est avant tout médiatique, et dans le plus total irrespect de la liberté des autres. J’appele cela de la connerie.

  9. Baptiste dit :

    @lomig : appeler de la connerie les gens qui se battent aussi pour toi c’est un manque profond de respect pour son prochain. On a le droit de ne pas être d’accord mais pour cela encore faut-il être capable d’argumenter. De plus je vois mal le rapport entre ne pas payer deux billets de trains & faire chier l’État (et surtout que la RATP est sous la tutelle de la région île de france hein…)

  10. redanka dit :

    Lomig

    Biensur que le but est médiatique.
    Ce ne sont pas les partisans de Nicolas Sarkosy (le roi des médias), qui vont reprocher ça aux travailleurs qui se lève tôt.
    Ce serait un comble ou de la connerie.

  11. grellety dit :

    Qu’est-ce qu’il faut « réformer » et pourquoi ? Les « régimes spéciaux ». Que s’agit-il de faire ? D’allonger la durée de cotisation, donc la durée d’activité. S’agit-il d’une « réforme » ? Non, la définition du terme dépasse le fait. Mais les journaleux reprennent le langage du pouvoir, donc… Que sont ces régimes spéciaux ? Des régimes de retraite pour une série de métiers. Qui est concerné par les modifications voulues par ce gouvernement ? Certains, mais pas tous, et bien sur, députés et sénateurs ne sont pas concernés… Pour quelle raison majeure faut-il allonger la durée de travail et de cotisation ? Parce que les régimes sont, pour certains, déficitaires. Et Nicolas Sarkozy de dire et de répéter : où est-ce que je trouve l’argent ? Oui, la question est bonne : où ? Dans le budget de la France, un budget mieux géré. Mais voilà, lui et ses amis, n’ont aucunement l’ambition de mieux gérer l’Etat, et notamment de diminuer drastiquement le train de vie de l’Etat – pourtant, des économistes ont établi que la réduction de ce train de vie permettrait d’économiser … 75 milliards d’euros ! 75 ! Et cette réduction permettrait de réduire la dette, combler largement le fameux « trou de la sécurité sociale », combler les quelques déficits de retraite. Mais il y a plus grave : en voulant allonger cette durée de cotisations et donc d’activité, cette majorité fait un bras d’honneur aux 5 millions de chômeurs. Or, si la moitié d’entre eux retrouvaient le chemin du travail, les rentrées fiscales seraient en augmentation importante, …
    DONC, à aucun moment, il ne s’agit de « réformer », mais de continuer à aggraver la situation économique et financière de la France afin, bien entendu, d’offrir les richesses nationales à l’appétit et à l’appropriation des administrateurs des plus grandes entreprises de ce pays…

  12. Vins dit :

    Il est temps de voir plus loin que le bout de ses lorgnettes. Ecoutez donc l’intervention lumineuse de cet inspecteur de travail dans une émission de radio : http://www.voixcontreoreille.org/emission_view.php?id_emission=69 Il est encore temps de se désintoxiqué ! Le bonheur des autres ne fait pas mon malheur

  13. digiboy dit :

    Merci Vins de ton lien qui est interessant mais j’ai quand même quelques remarques:

    – L’interlocuteur est membre du conseil national du PS. Son propos est donc très anti-gouvernement. Et son discours anti-patron m’ennui. Comparer Sarko à Terminator, c’est peut être drôle, mais ce n’est pas sérieux.

    – Je suis d’accord qu’un ouvrier du bâtiment travail péniblement mais un conducteur de train, non.

    – J’ignorais qu’un fonctionnaire payait davantage de cotisation. Et est donc payé moins.

    – Il annonce l’arrivée de pauvreté dans la vieillesse avec ces mesures, mais le problème est qu’elle existe déjà.

    – Et puis, je le redis, cette opposition salarié-patron, stop. C’est quoi cette haine anti-medef?

    Bref, tout ça ressemble trop à un discours du PS.

Laisser une réponse