digiboy

Technologie, musique, graphisme, lifestyle, videogames, films, mode …
Abonnez vous à mon flux Rss

Vercingetorix

Dimanche soir devant la télé, c’est toujours une experience. Entre les films grands publics et les debats, j’ai fait le choix de l’histoire. Donc, direction Tf6 et la diffusion de Vercingetorix. Un très grand moment de solitude.

Le pitch: Refusant de se soumettre à César, Celtill, le chef des Arvernes, est brûlé sous les yeux de son fils, le jeune Vercingétorix. Elevé par des druides et initié au combat, Vercingétorix réclame vengeance… Parvenant à réunir l’ensemble des chefs gaulois et décidé à faire de la Gaule un pays libre, il défie César…

Verdict: Donc voici un vrai nanard. Non serieusement, c’est sans doute le film le plus mauvais de cette décennie. Les banquiers du realisateurs doivent être véneres graves. Jacques Dorfmann a pourri son existence et celles de ses decendant pour 600 générations tellement ce film est affligeant. Je n’ai meme pas de mot assez fort pour dire ce que j’ai ressenti face à ça. C’est un monument, une synthèse, un vrai cas d’école de TOUT ce qu’il ne faut pas faire. Rien dans ce film n’est digne d’être sauvé.

Le scenario: C’est bien simple, je n’ai rien compris. Je connaissais l’histoire de Vercingetorix, ben maintenant, je dois tout reapprendre, le film ayant saboté mon esprit par son scenario brouillon.

La musique: On se croirait dans le grand bleu. Les scènes de batailles sont rhytmées par du rock. Du Rock !!! Même pas du bon en plus ! Dans un film historique ! Là où du Wagner ou n’importe quelle symphonie grandiloquente se serait imposé, le réalisateur (Jacques Dorfmann) a préféré du rock français. Verdict: C’est nul.

Les acteurs: Christophe Lambert est affligeant. Sa carrière est désormais foutu. Les scènes les plus navrantes où il prend un air grave devant son peuple le font passer pour un attardé au regard simiesque. Lamentable. Les figurants se marrent à l’écran. De plus, ils ressemblent tous à Sim. En fait, j’ai souvent eu l’impression de mater Kaamelot ou une parodie des Nuls; à la difference près que ces deux derniers sont drôles.

La réalisation: Pretentieux, effet de camera pompeux, raté complet. Les scènes de batailles sont incompréhensibles, on ne sait pas qui se bat contre qui, ni dans quel camp la caméra se trouve. Les scènes sont répétés tout simplement; comme si le film en avait besoin. J’avais bien compris que c’était nul, pas la peine de me remontrer pour confirmation. Les décors doivent provenir du Parc Asterix.

Au final, faites une recherche sur Google et vous verrez que la critique est unanime. Ce film est NUL.

email

Un commentaire

  1. Jump dit :

    J’voudrais po dire, mais la il a tout à fait raison !
    Trôôôôôôp nul…

Laisser une réponse